News

Séminaire passé

27 avril 2017 par R. Abdallah

Résumé :

Les drones d’abord employés et développés par l’armée, ont connu une forte expansion ces dernières années et ont fini par arriver dans le domaine civil. De nombreuses sociétés se sont positionnées sur ce secteur et proposent désormais des services par un seul drone ou plusieurs et des relevés à l’aide de capteurs (photo, vidéo, chimique, sonore…). L’importance d’un vol en formation de flotte de drones se fonde sur une répartition judicieuse des tâches afin qu’ils puissent accomplir plus rapidement leur mission comme dans la stratégie de défense que les drones doivent adopter en cas de danger. Ceci nécessite un niveau élevé de coordination entre les drones rendu possible par un échange continu d’information entre eux et avec leur station de contrôle. Le réseau ad hoc est une solution prometteuse pour faire communiquer les drones entre eux et avec la station sol. Notre objectif est de développer des stratégies de surveillance de zones sensibles par des drones coopératifs équipés de capteurs ainsi que développer l’approche multi drone/ multi cible en partant de l’existant et en proposant des critères de coopération pour l’observation permettant le calcul de trajectoires optimales de la flotte de drones.
Une des caractéristiques d’une flotte de drone est leur fonctionnement en réseau qu’il faut assurer sa fiabilité (F), sa maintenabilité (M), sa disponibilité (D) et sa sécurité (S). L’association de ces 4 éléments forme le corpus scientifique appelé la sûreté de fonctionnement. En général, l’objectif de la thèse est de développer des méthodes numériques pour évaluer la sûreté de fonctionnement d’une flotte de drones, inspirées des logiques d’organisation et d’autodéfense du le milieu animal.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.